Une eau millénaire

L'eau de la Léchère-les-bains

Reconnue par l’académie de Médecine, l’eau thermale de La Léchère est puisée à 200 m de profondeur à une température de 61 °C. Elle se gorge de minéraux et d’oligo- éléments au cours d’un long voyage sous le massif alpin, qui la rend précieuse et unique. C’est un agent thérapeutique précieux pour le traitement des troubles veineux et des rhumatismes.

water_PNG3319

L’eau

Au cours de son cheminement souterrain de plusieurs millénaires, l’eau thermale de La Léchère acquiert sa composition qui la rend souveraine pour soulager les troubles veineux et les rhumatismes. Hyperthermale et fortement minéralisée, elle appartient à la famille des eaux sulfatées, calciques et magnésiennes, et recèle en outre de précieux oligo-éléments tels que le strontium et le lithium (effets favorables dans les cas d’anxiété légère et de troubles du sommeil). Puisée à 205 mètres de profondeur, sous le socle rocheux, elle offre sa remarquable pureté.

La terre

L’argile utilisée à La Léchère est de type montmorillonite, appréciée pour sa lente cinétique de refroidissement. Elle provient de Sardaigne. Stérilisée à 500 °C et malaxée avec l’eau thermale, elle est appliquée au gant sous un drap plastique d’enrobage à usage unique. Les boues sont éliminées après application, sans jamais être réutilisées. Outre les vertus classiquement attribuées aux boues (effet antalgique et échange cationique avec les tissus), le Centre de Recherche de La Léchère a mis en évidence ses effets sur la perfusion microcirculatoire cutanée.

L’air

L’altitude modérée (440 m) épargne le froid mais ménage une fraîcheur tonifiante. En été, le curiste profite de “l’air de la montagne” sans subir les canicules si préjudiciables au système veineux. Les faibles variations thermiques et l’absence de vents forts participent à la sensation d’apaisement qui baigne le “Jardin de la Tarentaise”.